Mich'elle Grenier

Poète, fabuliste, parolière.

LA POESIE est l’essence du langage pour Mich’ elle Grenier. Une langue qui cavale en bordure des marges, donnant voix aux laissés pour compte. Voix singulière qui nous invite à ne pas nous laisser tentaculer par le chiendent rampant.

FABLES

 On prête souvent à la poésie des airs d'austérité voire de mélancolie chronique. Ce n'est pas le cas de Mich'Elle Grenier qui prouve le contraire et sans niaiserie, rimant avec une acuité personnelle sur les choses de la vie.

Sur le ton satirique de la fable, Mich’ elle dépoussière La Fontaine dans un grand éclat de rire, égratigne nos contemporains, source inépuisable d'inspiration tant nous sommes indécrottables!
LA PAROLIERE  de chansons rend hommage à ses grands frères Nougaro, Brassens, Rimbaud qui ont ouvert la voie où crissent les semelles de vent.

Mes livres

LIVRE D'OR

Partagez vos sensations

  • White Facebook Icon

Find us on Facebook

Ecrivez un message

 

30 Septembre 2020

Christian Perez

Thisy Les Bourgs

Rhône

 

Beau, votre recueil Banquet de mots  l'est, par sa couverture ,c'est important , par son titre ,ça l'est encore plus, beau par son contenu , c'est indispensable, si tant est que la beauté soit l'effet recherché lorsque nous écrivons de la poésie.

Je n'ai pas votre talent pour parler de la poésie des autres et ma capacité à manier l'exégèse est quasiment nulle. Aussi me contenterai-je, n'étant aucunement habilité à aller au-delà, de quelques remarques de bon sens. J'aime votre poème "Poézizanie", page 12, qui sonne comme un manifeste.

"De la métrique, je m'en bats l'oeil

Voyez donc, dès le premier vers

Mes huit pieds marchent de travers".

"De la fantaisie avant toute chose" écrivez-vous dans ce même poème, en écho à Verlaine qui préférait le mot musique à celui de fantaisie. Et si Victor Hugo interdisait que l'on déposât de la musique sur ses vers, je trouve pour ma part que votre poésie s'y prête volontiers.

J'aime aussi le regard que vous portez sur notre quotidien. Dans "Mirador", page 13, vous écrivez : "Nous ne savons plus allumer que des smart phones qui nous épient jour et nuit. Saurons-nous allumer nos briquets aux étoiles?". J’adhère totalement.

J'ai remarqué que vous savez vous inspirer sans trahir ni piller. Dans "Mauvais vin", page 31, vous écrivez "Je voudrais pas crever par terre" empruntant à Boris Vian. Vous récidivez dans "Dernier vers pour la route", page 66. La manière dont on emprunte sans trahir ni plagier bâtit une forme d'hommage à la poésie tout entière, point de vue strictement personnel.

Voilà donc quelques mots rapides  à propos d'une poésie délicate aux solides bases techniques et qui démontre à merveille qu'en étant "une amie pour soi-même" (page 58) on devient l'amie de tous.

 

Bien amicalement

 

Christian PEREZ

 

 

 

Notes de lecture dans Florilège revue poétique

Par Irène CLARA

Poémienne

9 Septembre 2020

Belle trouvaille, ce titre où bohémienne et poétesse ne font qu’un, où Les tsiganes à coups   d archets lancinants passent d’une gaieté de truand au lamento à fendre l’âme.

Mich’ elle Grenier qui a remporté le prix du recueil des amis de Thalie en 2019 est à la fois cette rebelle qui Ira glaner hors des  sentiers les herbes folles et leurs paroles et l’ évadée ivre de liberté , celle qui Fuit les routes macadamisées, échappée aux broyeurs de vie, sans œillère ni licou, rien qu’un peu de ce vent fou …  Se glissant dans la peau des artistes dont elle a épousé l’ âme, que ce soient Federico Garcia Lorca , Van Gogh, Rimbaud, Cabu, Higelin ou Barbara, elle les réinterprète sur la page blanche où son stylo jubile. Ainsi croit-on voir surgir les coups de couteaux de Van Gogh à travers une langue qui tranche . Ta peinture hurle des Typhons de couleurs que nul cri n’efface. Les mots que Mich’ elle Grenier affûtent s’inscrivent dans la vision du travail de l’ artiste : Poète, traverse les brouillards, rends précise la brume, pourfends les nuées, chante une mer qui houle. Poète vibres -tu ? Que les vers rongent tout sauf la grâce de ta parole. Tâche accomplie et réussie comme en témoigne ce recueil.

 

Irène Clara

 

 

 

 

 

Georges Chapouthier

27Septembre2020

Paris

 

Beaucoup d'esprit dans  votre recueil de fables Quand les fables  se rebiffent.. D'humour aussi. Au fait, c'est qui Madame Toquée de la Tour de Limoges ? Beaucoup d'inventions verbales, des rosses de la vie à Godemichelle., beaucoup de rêves écologiques  nous partageons tous un petit coin de nature, tout le monde est, à sa façon, un crapaud mal aimé. Bref on en vient  à regretter que le monde ne soit pas davantage à votre image !

Amitiés,

Georges Chapouthier

 

Patrick Devaux

 

Rixensart Belgique

20 Juillet 2020

                                             Bonsoir Mich’Elle, 

 

Je me suis délecté de votre « Banquet de mots », recueil plein de vie et très diversifié. On y côtoie la vie de tous les jours sous certains angles et l’imaginaire en même temps.

Le ton me fait penser aux auteurs qui manipulent la girouette littéraire façon La Fontaine, notamment pour les chutes. L’humour est présent en même temps que cette prise de conscience humaine qu’ont les poètes  classiques  (Ode à la virilité).

Les sujets traités font mouche d’autant qu’ils sont parfois tout à fait inattendus…

J’ai rencontré autrefois un poète qui s’exerçait dans le même genre de registre : Henry Abattu qui écrivait, notamment, ce qu’il appelait ses  cauchemars. Vous cernez admirablement l’approche de la Nature (l’herboriste) et votre livre de poésie écrit parfois sur le ton de la recette ou du bon conseil suivi du clin d’œil qu’on devine rend votre poésie amie à la détente et à la réflexion. Le chaud/ froid traverse ainsi votre bel esprit avec un texte comme « soliloque ».

Le style est maîtrisé dans une sorte de continuité rigoureuse qui n’en donne pourtant pas du tout l’impression. Vous procédez par petites touches pour vous frotter aux autres Arts ou aux grands Hommes (Rimbaud, Verlaine, Van Gogh) avec cette envie  intime de vouloir en savoir encore davantage sur eux…

Je partage ainsi avec vous cet amour pour Nougaro que j’ai rencontré à Bruxelles quand j’avais 16 ans. Il logeait au Grand Hôtel à Bruxelles où j’étais garçon de salle…mon tout premier emploi…J’ai ensuite suivi des cours du soir… Je me souviens qu’il écrivait ses textes, à table, sur des nappes en papier…qu’il emportait ensuite en morceaux…cela m’avait frappé…Timide à l’époque…je n’ai pas osé lui demander une dédicace…Je ne suis d’ailleurs pas sûr de savoir à l’époque ce qu’était ce genre de signature ah ah !

Amicalement

Patrick Devaux

 

Olivier Martin

Chambon Sur Lignon

Haute Loire

2 Septembre  2020

Lisez Banquets de mots, absorbez ce recueil  comme on boirait le meilleur des vins, Enivrez-vous, suc mandarine vin nouveau tchin tchin et saoulez-vous de sève éclaboussée d' avril , panaché d' écume, confiture de pistil ... Tout doucement, goutte à goutte, laissez-vous émouvoir, rire et pleurer en même temps, écoutez  ce que dit votre cœur. Puis fermez les yeux, pensez et rêvez  en terre poésie.

Amitiés poétiques

Olivier Martin

 

 

 

 

Aline Petiot

15 Juin 2020

Gray Haute Saône

 Ses poèmes naviguent entre le vent et le soleil, entre la rose rose et la violette pourpre. Elle exprime son amour, ses audaces, ses défaites, ses hommages poignants à l’art et ses artistes, comme un cœur qui bat fort, elle nous fait avancer, cheminer, flotter. La poémienne bohémienne, belle, se fiance avec la nature pour se sentir frivole : « J’ai couronné mon front/ De chèvrefeuille blond. / Nuit satinée de lumière/ Nuit de mes fiançailles/ Avec les cosmos/ Ces fleurs aériennes/Qui viennent frôler le ciel. ». C’est une fille des rafales et des mots.

C’est un bonheur profond de lire et relire ses multiples thèmes qui s’unissent…

Eric Scotto d' Apollina

5 juin 2020

Ezanville  île de France

Bonjour Michelle,je reviens vers vous après avoir lu votre recueil  poémienne à tête reposée et à voix haute...Vos textes agissent comme des baumes sur les blessures de la vie,et j'ai été sensible à ces petits tableaux-hommage qui se concentrent sur des personnes dont le pouvoir d'enchantement et d'irradiation donne de belles et généreuses consolations.Ce sont des portraits où se glissent des émotions personnelles,mais sans tomber dans l'ornière du lyrisme subjectif.J'ai eu des "coups de foudre",par exemple "Voix dénouée"et son lyrisme retenu qui agit efficacement sur des âmes et coeurs solitaires ,mais solidaires aussi.J'ai beaucoup aimé la tendresse qui irrigue "Clarinette" aussi,et vos petites odes ramassées en un élan d'énergie vitale,au poète,au vent , aux éléments de la nature nous portent à entrer dans la respiration du monde vivant.Vous avez su relier la grâce d'en bas-sur la terre-  à celle d'en haut-le ciel-,entre le petit et le grand,et cette liaison élémentaire va de soi dans "Liseron","Scarabée",et d'autres ...J'ai,enfin,immédiatement eu en tête et ai même retrouvé un vieux disque vinyle de jacques Higelin après avoir lu votre "Chapeau l'artiste",et c'est parti pour un tour de "Champagne pour tout le monde"...Et "Barbara" m'a remis dans le coeur un souvenir d'été lointain où,jeune adolescent et travaillant avec mon oncle brocanteur,nous avions veillé une nuit sur des vieux meubles et bibelots  dans le cadre d'un salon des antiquaires à la Grande-Motte,et où,au petit jour Barbara avait visité,seule et silencieuse,les allées de ce salon,car le soir même elle donnait un concert en cette ville balnéaire...Merci,Michelle,pour ces beaux moments de lecture et de réveil de souvenirs heureux!

 

Alain MORINAIS

7 juin 2020

Thiais Ile de france
Blog de l'auteur : http://alainmorinais.blogspot.com/

 

Bonsoir Michelle,

En ce jour de fête des mères, c'est La perdue de paroles qui me crie son silence à l'oreille, pourtant si éloigné de votre fantaisie dont le sourire vous va si bien. J'ignorais que Jacques eut une petite-fille "cachée" au Pré vert et qu'elle gagne tant à être connue.

Le Bel oiseau de passage m'a conduit très progressivement à la Passerelle de votre univers. Était-ce le vol nécessaire à prendre la mesure du coup d'aile, ou la page ailée s'aiguisant la plume à votre rencontre ; Vers les jours clairs de votre élan tel que je le perçois à présent.

Merci de m'avoir offert ce Banquet qui sans rester sur ma faim me laisse en appétit après avoir trinqué pour ce qui ne saurait être le Dernier vers pour la route.

Amicalement, Alain.         

 

 

Nathalie Lauro

Cap d' Ail  Alpes maritimes

2 juin 2020

J'ai lu "Flocon chaton", j'ai beaucoup aimé, ces petites poésies sont adorables. Ma mère, qui vit avec moi, l'a lu également. Nous nous lisions à hautes voix les vers rigolos, et il y en a bon nombre.Nous avons vraiment passé une agréable soirée. Ce recueil est doux et apporte de la joie au lecteur.

La couverture gloss est très jolie.

Très belle journée. J'espère que vous recevrez mon recueil rapidement et que vous l'apprécierez.

Amitié poétique,

Nathalie Lauro                                                       

 

Marc Rébéna

Hérouville Saint Clair Calvados

28 Mai 2020

 

J'ai reçu votre recueil Banquet de mots ce matin et l'ai parcouru avec plaisir. C'est une ode à la vie, à la liberté d'esprit et parfois à l'impertinence. Vous maîtrisez diablement bien l'art des vers. Pour moi, c'est cette alliance entre art classique et contenu parfois iconoclaste qui fait tout l'intérêt de votre banquet poétique. La poétesse est bien vivante et donne parfois des coups de griffe !

 

                                                         Félicitations à vous

 

                                                            Marc Rébéna

27 Mars 2020

Francesca  Copelli 

Avignon

 

Merci Mich'elle Grenier pour votre recueil Poémienne qui nous embarque dans une déambulation nomade, à la lueur d'une écriture légère, délicate et sensible.

Cheminement de l'âme qui nous emmène sur les sentiers de l'intime mais en même temps jette un regard éclairé sur le monde violent qui nous entoure . Votre poignant hommage à  Federico Garcia Lorca m' a bouleversé : Continuez de nous enchanter.

Ils ont assassiné le poète,

Tempo criblé de plomb,

Le vent joue la cadence ,

Martelant les accords,

Bourdon d'une guitare qui soudain se rompt.

23Mars 2020

Serge De La Torre

La Bégude De Mazenc Drôme

  https://instantsdecriture.blogspot.com

Me reste une grande joie, et un grand merci à dire, j'ai reçu cet exemplaire de Poémienne: une bien amicale surprise. 

Trouée de soleil au milieu de sombres nuages, cascade de mots, florilège de poèmes divers écrits pour toutes saisons. 

Comment ne pas être touché d'un si beau partage, comment ne pas dire en un mot un merci qu'on ne sait pas mieux dire.  

Avec toutes mes amitiés et mes souhaits que nos routes se recroisent bientôt ou pourquoi pas, que nos mots se tissent sur la toile. 

 

De bien belles choses dans ce livret de poèmes, poémienne, comme je les aime.

J' aime Poémienne  également ou Métisse et le suc des mots  de semblable manière. Le très touchant Je suis venue  aussi. Mais plus facilement encore que d'élire au Panthéon des poèmes entiers, je préfère souvent retenir des extraits qui me chantent beau comme des flocons à l'oreille: comme cet hommage à Cabu:

Il est mort, le rieur, les doigts pleins d'encre

Gavroche du crayon, espiègle diablotin

Qui croquait la bêtise de sa plume épicée.

 

Higelin, homme de vive langue,

De chair drue

Sur le fil du vertige,

Tu danses prince gitan

Mèche rebelle,

Tu brames la vie intense ...

 

Je t'attends comme la rosée

Lampée au ventre des sources

 

Cette vie, la risquer,

Fracasser les cages

Briser les carcans,

Fouetter ses chimères

Aux crinières du vent

Merci Michelle pour cette belle surprise.

Jeudi  12 Mars  2020.

La tribune Montélimar

Laure Oswalt

Impertinent Au fabuleux chat noir !

La frondeuse Mich’ elle Grenier nous ravit avec ses nouvelles fables : Au fabuleux chat noir. La fable, à la sauce Grimelle , son pseudo magique, ou à la manière de la Fontaine décoche ses flèches cinglantes , si percutantes. Tout est débusqué par sa plume satirique : Le paon et les moutons qui ne sont autres que Macron et les gilets jaunes, les mannequins anorexiques, l’ Académie française , les gourous…  Dans le grand cirque du monde pédalent des présidents dont la cour pullule de  flatteurs et d’ hypocrites.  Sa frénésie  d’écriture répond à sa voracité livresque, mais n’en réchappe que le meilleur,  ces vers qui se tortillent en musique, partitions  ciselées  en orfèvre. Un plaisir jouissif si vous aimez la langue. Parmi les écrivains qui la nourrissent, les incarnés et sensuels Hélène Desnoues, Colette, André Velter  mais aussi les classiques jean Richepin, Flaubert, Verlaine et Rimbaud le flamboyant .

Au fabuleux chat noir est en vente au Marsannais à Marsanne, Au thé à la page à Montélimar, 10€.

Chez l’auteure  grimelle@orange.fr ou sur son site ici.    

 

13/02/20

Françoise Guinot

La Laupie Drôme

Je mets 20/20 pour le site de poémienne très réussi et les futurs poèmes 

de cette année 2020. Je suis fan inconditionnelle de cette fabuleuse Poémienne.

12/02/20

Serge de La Torre

La Bégude De Mazenc Drôme

https://instantsdecriture.blogspot.com/

Un pamphlet vous dis-je ! Et subversif encore ! De façon radicale et toute à sa façon fine et pleine d’humour caustique! Oui, dans ce livre

Au Fabuleux chat noir, la fable est au service de l’irrévérence stimulante ( la meilleure, celle qui conduit à la conscience, à l’intelligence de l'esprit et du cœur !) Sans prétention affichée, sans même en avoir vraiment l’air ! Mais dans une façon très personnelle et travaillée de dire sous les douces apparences, quelque chose d’une critique de nos modes de vie un peu endormis par l’ordinaire, quelque autre chose des illusions dans lesquelles nous aimons parfois à accepter de nous voir bercés. Et combien d’autres encore de ces travers sont ici croqués en formes de gourmandises acidulées : hommes et femmes mêlés! Oui, à nous regarder en face à la loupe des poèmes de Mich’elle Grenier, il reste à faire, à être et devenir pour vivre en conscience et qui sait, simplement nous hisser à la hauteur de nos possibles. Mais, toujours, la tendresse poétique, l’humour et la dérision trouvent (elles ou ils) à nous aider, qui sait à nous sauver ! Dans les poèmes-fables de Mich’elle Grenier le jeu de mots tient le bout de la table, à sa droite siègent les rimes avec leur intelligence et leur aisance singulière, à gauche musicalité, polysémie et facéties se délectent. Le mot au service de l’idée. Et le silence entre eux pour dire ce qui n’a point besoin d’être expliqué, juste besoin d’être ressenti. Pour moi, ces fabliaux comme les autres poèmes de Mich’elle seront, à jamais, chuchotés, de mémoire, à mon oreille (au travers de son long tube magique cartonné) : Mich’elle Grenier se plut un jour à m’en dire un ainsi, lors d’un salon littéraire : une belle expérience que ce livre, comme ce poème dit à voix feutrée. Un plaisir raffiné!

 

 

 

 

14 /12 /19

Anne Reck Veyras Ardèche

Merci  pour votre invitation à découvrir votre nouveau site  sur la toile.Très chouette, très clair au niveau de la présentation, du menu et de la navigation. .Bravo à vous !Et merci pour toutes les infos dans votre agenda, c’est convivial et généreux. j’irai le consulter régulièrement. J’ai crée un site WIX aussi pour « Aquarelle en Liberté », je vous mets le lien des infos régulières aussi sur les expos du coin Drôme Ardèche. https://www.aquarelleenliberte.com/

Enfin vous dire que je suis très touchée de retrouver mes impressions à la lecture de Flocon Chaton, ... ça me donne envie de le relire .Tellement jolis ces petits poèmes !

 

14 /12 /19

Jeanne Champel Grenier Saint Laurent du pape

 

Bravo pour ce nouveau recueil de Fables ! Ce petit chat couleur café noir grignotant son croissant  de lune dit que la nuit sera aussi belle que le jour et que tout lui est ouvert car l'imagination et la liberté n'ont pas de limites sur les traces de la poémienne... Tu m'apporteras ton livre, on échangera avec le mien qui vient aussi de grimper aux arbres citoyens et qui s'intitule:''Il y a très très longtemps...Il faisait beau''.

http://www.jeannechampelgrenier.com/

15/11/19

Alain Nocus Ghellab Salagnac Dordogne

Bonjour Mich'Elle  

A Faux la Montagne au festival Folie les mots nous avons bien fait de faire le troc  de nos livres. J 'ai lu Banquet de mots. J''ai touché sous ces mots un humus qui nous est commun , des référents de poésies et de chansons qui semblent avoir déposé leur grain sur nos sens respectifs . 

Le banquet de mots va faire partie de mon bagage les quelques fois où on fera des retrouvailles lectures cet hiver avec une poignée d'amis.

je suis aussi allé visiter poémienne pour  poursuivre notre petite rencontre et y ai retrouvé des Desproges , Cabu, Nougaro qui aussi se baladent, causent et recousent dans mon petit panthéon.

 Il y a en Corrèze un festival poésie chanson à Concèze courant août auquel vous pourriez être sensible: festival Dec'Ouvrir.  Et merci pour votre message, qui est arrivé le jour de mon anniversaire. je suis né au mois du coca, quelque jours avant que "certaine" l'abandonne pour le beau Jojo.

 Bye Alain


10/09/19

Alain Nouvel Beauvoisin Drôme

J'ai lu et savouré tes " Fables de Grimelle ", avec ces animaux fort sympathiques, chat de gouttière, chatte obèse , zébu, Caniche et clébard et, délicieux, Raoul et les deux meufs, trois "animaux" d'un autre genre. C'est coquin et spirituel.

Je suis vraiment ravi que tu souscrives à ANTON, j'espère que ce personnage te plaira. Lui aussi a des relations très fortes avec la nature, tu verras.

Bien amicalement à toi !

 

Alain Nouvel


23/10/18

Anne Gary Veyras Ardèche


Ce que j’aime dans flocon chaton  c’est l’alternance des poèmes au-dedans et au-dehors, comme flocon chaton qui revient avec ses « quatre pattes frigidaire pelotonnés contre sa mère... » trop mignon, le temps de faire le plein d’amour et repartir à la découverte du monde...Bravo à vous et merci encore ! Coup de cœur de mes 3 filles 13,15 et 19 ans, mon mari et moi pour Stalactite .... trop trop beau !!! suivi de très près par Bonne année, Noam, et Mamée Pissenlit... Sapin vivant aussi.... Très touchants, très beaux ! Mes filles ont beaucoup aimé aussi Li et Go.
Au plaisir de vous lire.

 25/10/2018

Anne Gary Reck Veyras ardèche


Votre recueil Flocon chaton est tout en finesse et tendresse avec des mots simples. Il a quelque chose d’apaisant, de rassurant pour petits et grands. Il est question de l’hiver mais avant il y avait l’automne, et après il y aura le printemps.... Ces allusions à l’avant et à l’après inscrivent le lecteur dans une continuité, et place l’enfant dans un être au monde bien plus grand que lui (beaucoup de thèmes : le temps qui passe, la vieillesse, la mort, le partage, la tolérance, le respect de la nature, les fêtes qui rassemblent, les plaisirs simples ... LA VIE !Des mots qui chantent et enchantent ; des sonorités enveloppantes et joyeuses. 

 07/06/2018

Christian Perez  Thisy les bourgs Rhône


 Vos textes sont irréprochables. Je n'y ai décelé aucune faute d'un point de vue technique. Vous maitrisez totalement l'art d'écrire des poèmes. Ce n'est pas donné à tout le monde. Bien évidemment, et vous le savez aussi bien que moi, la poésie, ce n'est pas que cela. Il y a aussi la part dévolue à l'émotion, qu'elle soit d'ordre intellectuel ou émotionnel. Mais cette part là est extrêmement personnelle et subjective. Je ne m'aventurerai donc pas sur ce terrain à propos de vos textes. Je laisse à chacun de vos lecteurs le soin d'y trouver son compte... ou pas en termes d'émotion.
 Chacun de vos textes est différent tant sur le plan de l'inspiration que de l'écriture. Métisse illustre parfaitement le thème du récent printemps des poètes sur l'Afrique.
"La vie",  témoigne de votre versant écorchée-vive, exigeante dans le choix des êtres auxquels vous consentez à livrer une partie de vous-même. Je dirais qu'il faut vous mériter.
"Claudiquant" , sans doute le plus original, mais aussi le plus risqué car on peut vite tomber dans la facilité du jeu de mot pour le jeu de mot, ce qui n'est pas votre cas.
Voilà, chère Michelle. Je ne vous dirai pas : Continuez, vous êtes sur la bonne voie (bonne voix!) puisque vous êtes déjà une poétesse confirmée. Je pense aussi que si vous écriviez moins bien, vous écririez quand même, car l'écriture est pour vous aussi indispensable que l'air que vous respirez.
Je vous embrasse
Christian PEREZ

Artiz (Montélimar news)


Jongleuse de mots, Mich’Elle joue. Elle a des années-lumière gravées dans le creux de ses mains. Elle craint le jour où son cœur ne battra que d’une aile. En attendant, prosélyte, elle s’enivre de mots et merveilles. Reine des gueuses, elle vadrouille, renifle l’air du temps. Pas en en train, ni en bagnole, encore moins en avion. Elle n’ira pas à Madagascar. Sans doute écolo et partisane de la décroissance, elle n’économise pas ses ressources quand il s’agit d’interpréter ses textes. Lorsqu’elle se fait chat loupé (crasse-misère, poils rabougris), elle lève sa patte en proclamant : ni Dieu, ni maître, ni croquettes !

le 07/03/2018 à 09:36

Etienne Stéphane  Saint Paul trois châteaux


Bonjour Mich'elle.
Je viens de lire ton poème Péché.
Quel plaisir !!!
Quelle fraîcheur !
Je te félicite, et cours sur ton site
Découvrir tes petits bijoux.
Myriam apprécie aussi.
Merci beaucoup
A bientôt j'espère .

Etienne

  • Facebook Mich'elle Grenier
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now